bc

Raphaël et sa nymphe aux souhaits

book_age16+
2
FOLLOW
1K
READ
adventure
family
friends to lovers
badboy
goodgirl
sweet
bxg
others
spiritual
civilian
like
intro-logo
Blurb

Raphaël Fìnagnɔn Sokin a quitté son village natal pour faire fortune en ville et faire la fierté de sa famille. Cependant, deux ans plus tard, il devenu un dealer de drogue et n'a pas remis les pieds dans la maison familiale, honteux d'avoir pris un si mauvais chemin.

Un jour, par un curieux bouleversement des circonstances, il fait la rencontre d'une magicienne qui lui offre la possibilité d'avoir tout ce dont il rêve en quatre souhaits. C'est alors qu'il se retrouve avec Doguecimi, une nymphe aux souhaits qui, par sa douceur et sa sagesse l'aide à réparer ses erreurs. Les deux finissent par s'attacher l'un à l'autre alors que que Doguecimi devra bientôt disparaître dans la vie de Raphaël. Le cœur du jeune homme est alors partagé entre Bella, une femme avec laquelle il entretient une relation des plus passionnelles et Doguecimi dont il est progressivement tombé amoureux mais semble inaccessible.

Pour laquelle choisira t-il de se battre ?

chap-preview
Free preview
Chapitre premier : Bella
Cotonou, la ville qui ne dors jamais. Cotonou la capitale du sud Bénin regorge d'endroits atypiques comme les bars, les discothèques, les musées et autres. Cotonou possède aussi les lieux de rencontre entre prostituées et dealeurs. Ceux-ci se mêlaient les uns aux autres la nuit venue. Une nouvelle fois, la nuit est tombée sur cette ville. Dans une rue adjacente à l’hôtel PLM Alédjo, un jeune homme marche à pas pressés. Sa main dans la poche gauche de son Jean caresse les billets qui ne quitteront sa poche que lorsqu'il aura eut ce qu'il veut. Un sourire éclaire toujours son visage enfantin. Il est heureux car, il pourra se payer la femme qu’il voulait depuis plusieurs mois et s'en fout royalement que ce ne soit que pour une nuit. Que ne soit qu'une fois, il aura tout de même profité de tous les délices que cette fille allait lui offrir. Toutes ceux qui y étaient passés lui ont certifié qu'elle était une experte mais chère. Alors, il s'est mis à cotiser jusqu’à rassembler assez d'argent pour se la payer. « Je vais m'amuser jusqu’à en crever. Elle ne va pas oublier Raphaël Sokin tellement je vais la prendre. » pense t-il. D'aucuns trouverait cela stupide de sa part le fait d’économiser durant des mois juste pour se payer une « Kpoklé» comme on les appelait dans ce milieu. Sauf qu'elle n'est pas une simple « Kpoklé » ; c'est “la” femme que n'importe quel petit dealeur rêverait d'avoir car, oui, Raphaël Sokin est un dealeur et s'en accommode. Le jeune homme prend un raccourci qui débouche sur la « rue de commerce » comme il l’appellent. De loin, Raphaël voit l'objet de sa convoitise. Vêtue d’une robe courte et transparente qui ne laisse aucun doute sur le fait qu'elle ne porte aucun sous-vêtements, Bella papote avec une collègue en attendant son premier client de la soirée. Il soupire de soulagement, se félicitant d'avoir prit l'initiative de venir plus tôt. Ses yeux fixent l'objet de ses désirs. La chaleur envahit son corps et il sent son membre qui trépigne d'impatience. Il vérifie alors son apparence. Ses cheveux nattés la veille, impeccable ; son t-shirt n'est pas salé et son jean encore moins. Ses baskets, neufs et sans saleté. Son parfum et son désodorisant ne l'ont pas lâché. Après l'inspection, il met en marche dans la direction de la fameuse Bella. Lorsqu'il arrive à sa hauteur, la prostituée ne fait pas attention à lui. Il décide donc de l’aborder. Se concentrant et en se rappelant des vidéos qu'il avait lu sur le net, il s’élance. —Bonsoir, ma jolie. D’un geste lent, elle tourne la tête dans sa direction. Il avait cru qu'elle allait le regarder avec dédain mais, cela n'a pas été le cas. —Bonsoir. Je peux faire quelque chose pour toi ? —Oui. Je te veux pour ce soir. La dénommée Bella fixe cet garçon, un sourire amusé sur les lèvres. Elle le scrute et en déduit qu'il ne devrait pas avoir plus de vingt-cinq ans et est sans doute incapable de la payer convenablement. En réalité, le visage de ce type ne lui ai pas inconnu car, il est l'un des subordonnés d'un chef de gang qu'elle fréquente et, tout le monde sait que les subordonnés ne gagnent pas assez pour se payer ne serait ce qu'une petite voiture. —Tu as de quoi payer au moins ? lui demande t-elle, tout de même conquise par l'audace dont il fait preuve. —Oui, répond Raphaël avec assurance. —Kpɔn, dit l'autre prostituée en venant balader ses mains sur son torse. Je ne suis pas sûre que tes dix mille francs vont suffire. Viens avec moi et je te ferai un prix très bas. —Non, dit-il doucement en écartant sa main. C'est Bella que je veux et j'ai de quoi payer. —Comme tu voudras. Elle s'en va sans demander son reste. —Donc, tu penses avoir de quoi payer, dit Bella, soudainement attirée par ce jeune homme. —Oui, répond t-il avec un sourire en coin. Puis, approchant ses lèvres de son oreille, il susurre : —Je te ferai découvrir bien plus que mes billets. Lorsque Raphaël s’écarte d'elle, la jeune femme le scrute avec plus d'attention. Raphaël a beau avoir un visage puéril qui ne fait pas honneur à ses vingt deux ans, son corps grand et musclé ne laisse aucun doute sur sa virilité. Les yeux de Bella s’arrêtent un instant en dessous de sa ceinture. Puis, un sourire coquin se dessine sur ses lèvres. —Ɛgnon. Ça pourrait être intéressant. accepte elle. « Pourquoi pas ? Comme on dit souvent, l'habit ne fait pas le moine. S'il a de l'audace pour venir me parler, c'est qu'il en a dans le pantalon. » C'est ainsi que, Bella sur ses talons et sous les sifflets des spectateurs, il se rend à son domicile ; ou plutôt à la chambre qu'il squatte dans la bâtisse abandonnée qu'est devenu l’hôtel PLM Aledjo. Cet hôtel, il y a trente ans de cela, avait servi de lieu au déroulement de la conférence nationale des forces vives de la nation. Cet hôtel qui avait une grande signification dans l'histoire du Bénin, est devenu à ce jour, une ruine où crèche qui bon lui semble ou plus précisément un gueto. Personne ne s'en désolait, pas même Raphaël. Arrivés à la « suite » qu'occupe le jeune homme, la prostituée s'assoit sur un tabouret posé près de la porte et croise les jambes. Elle observe tout ce qui se trouve autour d'elle La chambre de Raphaël n'a rien de particulier. Les murs avaient été repeins par ses soins. Un matelas posé à même le sol dans un coin, un tabouret, un petit bureau et une unique chaise constituent le mobilier de la pièce. Un mini frigo se trouve aussi dans un coin de la pièce. —Je te sers quelque chose ? demande t-il. —Ce serait plutôt à moi de te servir, répond elle. Elle se tient déjà debout et a déjà retiré son unique vêtements. Pour Bella, le romantisme n'est que superflu. Elle a toujours considéré que dans ce genre de situation, il faut aller droit au but et non tourner autour du pot. Les yeux du jeune homme se baladent sur le corps nu qui se tient devant lui. Pour lui, ce corps est parfait et dans sa tête, il imagine déjà tout ce qu'il pourrait en faire. A pas mesurés, elle se rapproche de lui. Arrivée à sa hauteur, elle parcourt son torse avec son index. —J'espère que tu sauras mériter une réduction. —Tu ne seras pas déçu, assure t-il, le souffle court. —Alors, viens, l'invite t-elle avec un ton sensuel dans la voix. Elle part ensuite se poser sur le lit, attendant qu'il la rejoigne. Le jeune homme ne se fait pas prier. Les vêtements qu'il porte, il les avait choisi avec soin. C'est donc sans difficulté et avec une vitesse incroyable qu'il les retire. Son corps est en ébullition et des frissons lui parcourent chaque pore de sa peau. Bella se lève alors, reviens à lui et le tire pour ensuite le pousser dans ménagement sur le lit. —Comment tu le veux ? Lentement, brutalement ou salement ? —Je veux la totale. En réponse, elle se penche sur lui et se met à lui tailler une pipe. Automatiquement, il ferme les yeux pour profiter du plaisir qu'elle lui procure. Jamais toutes celles qu'il avait ramené un soir ne lui avait fait autant d'effets. Quand Raphaël se réveille le lendemain, c’est pour rouler un joint. Pendant qu'il est en train de fumer ses yeux sont posés sur le corps nu de Bella. Il a immédiatement un sourire aux lèvres, se disant qu'il en avait réellement eu pour son argent. Après quoi, il se dirige vers la fenêtre d’où il a toujours pu admirer la vue donnant sur une partie de la ville de Cotonou. D’un coup, le jeune homme se remémore son arrivée dans cette ville. Il se rappelle du jeune homme de vingt deux ans qu'il avait été. Il y avait deux ans de cela, il quittait ses parents et son village d'Abomey pour rejoindre la ville avec à peine de quoi se payer un morceau de pain. Rempli d’illusions, il avait pensé pouvoir se faire de l'argent facile afin de donner une meilleure vie à sa famille et rendre son père fière de lui. Ses yeux étaient pleins de rêves. Mais comme l'on dit souvent, les rêves sont doux mais la réalité amer ; cela, il l'avait compris dès son arrivée dans cette immense ville. Il s’était perdu, avait dormi dans la rue et manger les restes que voulait bien lui laisser des personnes généreuses. Dans son village, il cultivait le champ de son père et, lorsqu'il avait faim, il pouvait cueillir un fruit de l'un des arbres du domaine. Dans cette cité dépourvue de campagne il ne pouvait avoir cette opportunité. Une semaine plus tard, il était à bout. Il avait pensé retourner dans le foyer familial mais s’était ravisé. « La honte que je risque de me taper quand je rentrerai. Je ne pourrai pas regarder mes parents dans les yeux ou affronter les regards des autres villageois. Non. Je ne peux pas rentrer. » s’était il dit. Alors, avait-il continuer à errer dans la ville jusqu’à rencontrer ceux qui sont à présent ses amis et qui l'ont initié au trafic de stupéfiant. Bella, déjà réveillée, assise sur le matelas observe le jeune homme qui se trouve devant elle. Ce dernier semble plongé dans ses pensées. Intriguée, elle se lève et part le rejoindre. —A quoi penses tu ? demande t-elle en arrivant à sa hauteur. A l’entente de cette voix, Raphaël n'a pu s'empêcher d'avoir un sursaut de surprise. Des mains viennent caresser son torse tandis qu'un souffle chaud vient chatouiller sa nuque. Il se tourne vers Bella, un large sourire aux lèvres. —T’ai-je fait peur ? —Non. Pas du tout. Leurs visages ne sont plus qu'à quelques millimètres l'un de l'autre. —Bonjour, belle demoiselle, reprend t-il. Bien dormi ? —Comme une reine. Et toi ? —J’ai très bien dormi. —Cool. Bella, toujours dévêtue, avec des gestes lents et un beau déhanché, se dirige vers le milieu de la pièce où repose ses vêtements. Raphaël l'observe sans tenter de la retenir ; ce n’est pourtant pas l'envie qui l'en manque. Avec désinvolture, il se lève à son tour et part chercher son portefeuille. Après en avoir sorti une liasse de billets, il va vers Bella qui continue toujours de se vêtir. —Tiens, dit-il. Je crois que j'ai été réglo. La prostituée saisit l'argent et, à sa grande surprise, lui en retourne la moitié après l'avoir compté. —Je te le fais moitié prix, explique t-elle, un sourire radieux accroché au faciès. —Et c'est pour quoi ? Elle glisse un index le long de son torse puis penche la tête sur le côté. —Bah… Tu m'as fais découvrir bien plus que tes proches. Cette réponse est sincère. Et, si elle n’était pas contrainte à subvenir à ses besoins, elle lui aurait carrément offert cette nuit comme cadeau en refusant toute rémunération. —Est-ce que ça veut dire que je suis mieux que tes richards ? —Pfff. Ces richards n'ont rien à part leurs poches. La plupart sont des gros porcs qui n'ont plus rien à donner à part leur argent. —Ah ! D'accord. Elle s'approche un peu plus près. —J’espère que nous nous reverrons bientôt, murmure t-elle. Ne me raccompagne pas. Elle lui laisse un baiser dans le coup avant de sortir de la pièce. Raphaël, l'argent en main et éberlué, il la regarde s'en aller.

editor-pick
Dreame-Editor's pick

bc

Mon garde du corps ( Un peu trop sexy)

read
15.4K
bc

Par amour pour toi ( Le destin de Camila et de Juliano)

read
2.9K
bc

Le contrat

read
36.1K
bc

La mariée de substitution [Complété]

read
6.1K
bc

Un bébé pour Mia

read
37.4K
bc

Proche de L'ennemi

read
4.7K
bc

marié malgré moi

read
6.4K

Scan code to download app

download_iosApp Store
google icon
Google Play
Facebook